Nueva subida del precio del dinero en Europa

February 27, 2006

Financial Times (www.ft.com, online de pago) y Le Monde (www.lemonde.fr., online de pago) anuncian una nueva subida del precio del dinero en la zona euro.

Los analistas financieros ingleses y franceses estiman que la subida del próximo jueves será la primera de otras posibles, tras la ligera alza del mes de diciembre pasado.


¿Cuándo pudieran afectar las subidas del precio el dinero en Europa al mercado hipotecario español?..

[ .. ]

Le Monde:

Resserrement monétaire en vue pour la BCE et la Fed en mars

LE MONDE | 25.02.06 | 13h48 • Mis à jour le 26.02.06 | 12h01

Levant les dernières incertitudes, Jean-Claude Trichet a confirmé cette semaine que la Banque centrale européenne (BCE), qu’il préside, comptait relever ses taux d’intérêt directeurs lors de sa prochaine réunion de politique monétaire, le jeudi 2 mars.

Lors d’une audition devant la commission des affaires économiques et monétaires du Parlement européen, lundi 20 février, M. Trichet a estimé que les attentes des marchés – qui parient sur une nouvelle hausse d’un quart de point en mars – sont “entièrement raisonnables”. Le principal taux directeur de la BCE se situe à 2,25 % après sa hausse d’un quart de point en décembre.

La stagnation de l’activité enregistrée en Allemagne au quatrième trimestre 2005, comme le fort ralentissement de la croissance en France, où le produit intérieur brut (PIB) a progressé de seulement 0,2 %, après une hausse de 0,7 % au troisième trimestre, ne semblent pas dissuader l’institut d’émission.

Au total, la zone euro a enregistré une croissance de 0,3 % au quatrième trimestre 2005, contre + 0,6 % au troisième trimestre. Mais la BCE s’en tient à son hypothèse d’un redémarrage de l’économie, M. Trichet évoquant la ” volatilité des données trimestrielles”. Pour le président de la BCE, “les fondements de la reprise économique (sont) solides”, en revanche, “il est clair que les risques pour les prix ont augmenté à moyen terme”. Les pressions inflationnistes proviennent, note-t-il, des prix élevés de l’énergie, de la hausse des impôts indirects et des prix des services administratifs.

La formation de bulles spéculatives dans l’immobilier est aussi une cause d’inquiétude : “Il y a vraiment un phénomène anormal dans certains pays” de la zone euro, a-t-il estimé.

Notant que l’on n’observe pas d’effets de ” second tour” sur les salaires, le président de la BCE a indiqué que “si c’était le cas, ce serait trop tard”. Une façon de justifier une politique préventive et de peser dans le débat salarial, alors qu’en Allemagne le syndicat de branche IG Metall a ouvert les négociations annuelles en demandant une hausse des salaires de 5 %, contre 4 % précédemment.

REPRISE ÉCONOMIQUE

Cependant, M. Trichet a répété qu’il ne s’embarquerait pas dans un cycle automatique de hausse des taux d’intérêt dans la zone euro après le mois de mars et que la BCE apprécierait d’abord l’évolution des données économiques et monétaires.

Les statistiques économiques publiées pendant la semaine ont semblé donner raison au scénario économique de reprise défendu par la BCE. En Allemagne, l’indice IFO du climat des affaires a explosé au mois de février, atteignant 103,3 points, son meilleur niveau depuis octobre 1991 et l’euphorie née de la réunification.

L’enquête mensuelle de l’institut GfK sur la confiance des consommateurs, datée de mars, a montré une poursuite de l’amélioration enregistrée ces derniers mois outre-Rhin. L’indice mesurant les intentions d’achats a grimpé de 11,9 à 20,3 points, son meilleur niveau depuis neuf mois.

Les bonnes données économiques ont provoqué une légère tension des taux obligataires européens, à 3,483 % pour l’obligation allemande, vendredi 24 février, malgré la publication d’un chiffre d’inflation stable en février (+ 2,1 % en rythme annuel). Aux Etats-Unis, le marché obligataire a peu varié, les Bons du trésor à dix ans offrant un rendement de 4,575 % vendredi.

En France, des données conjoncturelles encourageantes ont aussi été rendues publiques cette semaine. L’indicateur du climat des affaires de l’Insee s’est établi à 105 points en février, contre 103 points sur les trois mois précédents, l’amélioration des carnets de commandes étrangères justifiant ce rebond. De plus, la consommation des ménages a grimpé de 0,9 % en janvier, et la révision des chiffres de décembre a fait ressortir une baisse deux fois moindre que prévu (- 0,5 % au lieu de – 1 %).

Ces chiffres rassurants et la perspective de la hausse des taux de la BCE auraient dû bénéficier à l’euro, mais la monnaie unique est restée faible face au billet vert, cotant 1,1876 dollar vendredi en fin de journée.

La devise américaine est restée vigoureuse, vendredi, malgré l’annonce d’une chute de 10,2 % des commandes de biens durables en janvier aux Etats-Unis. En effet, cette statistique ressort en hausse de 0,6 % si l’on exclut les commandes du secteur des transports, affectées par la volatilité des commandes d’avions.

De plus, l’évolution de l’inflation laisse présager une poursuite de la hausse des taux d’intérêt de la Réserve fédérale américaine (Fed), qui se situent déjà à un niveau nettement plus élevé que ceux de la BCE. L’inflation a progressé de 0,7 % en janvier, même si, relativisent les analystes, la hausse ressort à seulement 0,2 % en excluant les prix de l’énergie et de l’alimentation.

Les économistes attendent une hausse d’un quart de point des taux d’intérêt de la Fed fin mars et une autre dans les mois suivants, portant son principal taux de refinancement à 5 % d’ici à l’été.

La vigueur de la monnaie américaine est restée sans effets sur le yen, qui a atteint, vendredi, son plus haut niveau depuis fin janvier face au billet vert, à 116,93 yens pour 1 dollar. L’amélioration de la situation économique dans l’Archipel semble pousser les opérateurs à spéculer sur un resserrement de la politique monétaire.

Adrien de Tricornot

Article paru dans l’édition du 26.02.06

[ .. ]

Financial Times:

Strong borrowing points to ECB rate rises ahead

By Ralph Atkins in Frankfurt
Published: February 27 2006 17:22 | Last updated: February 27 2006 17:22

Lending to eurozone consumers and to businesses is growing at the fastest rates since the start of the decade, supporting a European Central Bank interest rate rise this week, and possibly again later this year.

Loans to households in January grew at an annual rate of 9.4 per cent – the fastest since the first quarter of 2000, according to ECB data on Monday. Lending for house purchases grew at a rate of 11.7 per cent. Lending to businesses – or “non-financial corporations” – also accelerated, rising at an annual rate of 8.5 per cent, the fastest since the second quarter of 2001.

The pick-up in business borrowing almost certainly reflected the surge in corporate takeovers led by private equity groups and more recent inter-company merger and acquisition activity.

The data are likely to be cited by Jean-Claude Trichet, ECB president, on Thursday as he announces a further quarter percentage point rise in the bank’s main interest rate to 2.5 per cent, following a similar rise in December.

Members of the ECB’s 18-strong governing council remain alarmed at the effects of historically low interest rates on borrowing trends, and are worried about house prices in some parts of the 12-country region. Together with signs that eurozone economic growth has picked up over the past six months, the latest figures also strengthened the case for further interest rate rises in coming months, analysts said.

Inflation figures might not suggest immediate dangers ahead, but the ECB regards “its interest rates as well below normal, and with the real economy returning to normal it makes long-term sense to raise interest rates back to normal”, said Holger Schmieding, economist at Bank of America.

Financial markets have generally priced-in another quarter point increase in June, with many economists also expecting another rise before the end of the year.

However, the fast growth in lending to households has not been reflected in eurozone consumer spending growth, which remains modest – especially in Germany.

Borrowing trends are watched closely by the ECB. It also pays more attention than other central banks to money supply measures, which it regards as indicating longer term inflation trends. Since the beginning of this decade, M3, the broad money supply measure, has been expanding at an annual rate faster than the 4.5 per cent reference rate that the central bank regards as consistent with medium-term price stability. In January, M3 growth accelerated to 7.6 per cent, from 7.3 per cent in December.

But the signals sent by money supply data are less clear-cut that the lending figures. Julian Callow, economist at Barclays Capital, argued that growth in deposits held by households had been modest, and that much of the acceleration in M3 was the result of the rapid expansion in the number of €500 notes in circulation. That probably reflected demand from the “shadow” economy inside and outside the eurozone, he said.

■Jean-Claude Trichet, ECB president, on Monday warned against a too hasty rush to join the eurozone by would-be members. He said that like a young sportsman eager to join the champion’s league as soon as possible, countries “might sometimes be better off taking a bit more time for training”.

3 Responses to “Nueva subida del precio del dinero en Europa”


  1. […] Biografía NO autorizada de CJC [ .. ] ¿Se interesan los jóvenes escritores por el precio del dinero? ¿Es posible comprender la realidad sin “ensuciarse” las manos con problemas tan poco épicos ni líricos? ¿Es posible dejar de vivir como fantasmas sonámbulos sin intentar comprender como funciona esa oceánica realidad monetaria, donde están hipotecadas nuestras vidas?.. [ .. ] Európolis. Para colmo de desdichas, la subida anunciada del precio del dinero, en Europa, quizá termine afectando al precio de las hipotecas, en España. […]

  2. GRM Says:

    Nice blog! Thank you.


Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s

%d bloggers like this: