Cronología historia ETA

March 22, 2006

Liberation publica esta cronología de Reuters:

 

 

Cronología Liberation / REUTERS
Mercredi 22 mars 2006 (Liberation.fr – 17:17)

 

cChronologie de l’histoire de l’ETA, l’organisation séparatiste basque espagnole responsable de la mort de plus de 850 personnes depuis sa création.

1959
Le mouvement Euskadi Ta Askatasuna (Patrie basque et liberté) est créé sous la dictature franquiste par des opposants aux conservateurs du Parti nationaliste basque. L’ETA s’engage à lutter pour l’autodétermination basque.

1968
Premier assassinat planifié de l’ETA. La victime, Meliton Manzanas, dirige la police dans la ville basque de Saint-Sébastien.

1973
Le président du gouvernement, l’amiral Luis Carrero Blanco, meurt dans une énorme explosion au passage de sa voiture à Madrid.

1980, l‘année sanglante
Au total, 118 personnes sont tuées dans des opérations de l’ETA.

Septembre 1985
Premier attentat à la voiture piégée. Un touriste américain est tué, seize membres de la Garde civile blessés.

Juin 1987
L’explosion d’une bombe dans un supermarché de Barcelone tue 21 personnes. Cet attentat est à ce jour le plus meurtrier de l’histoire de l’ETA. Les séparatistes présentent leurs excuses pour cette «erreur».

Avril 1995
José Maria Aznar, alors chef du Parti populaire (PP, opposition) – il deviendra un an plus tard président du gouvernement – est la cible d’un attentat. Le blindage de son véhicule le sauve.

Août 1995
La police déjoue un projet d’attentat contre le roi Juan Carlos à Majorque.

Septembre 1998
L’ETA proclame une trêve.

Juin 1999
Le gouvernement révèle les premières discussions directes avec l’organisation séparatiste depuis 1989.

28 novembre 1999
L’ETA annonce que le cessez-le-feu prendra fin le 3 décembre.

22 février 2000
Un responsable politique socialiste, Fernando Buesa, et son garde du corps sont tués dans l’explosion d’une voiture à Vitoria, la capitale du Pays basque espagnol.

1er mai 2002
Une voiture piégée explose à quelques heures d’une demi-finale de la Ligue des champions à Madrid. Dix-sept personnes sont blessées ou en état de choc.

21 juin 2002
Trois attentats à la voiture piégée sont commis à Fuengirola, Marbella et Saragosse avant le sommet européen de Séville. Sept personnes sont blessées.

24 décembre 2003
La police déclare avoir déjoué une tentative d’attentat à la bombe de l’ETA dans un train à Madrid.

21 mars 2004
L’ETA appelle au dialogue avec le nouveau gouvernement socialiste, tout en s’engageant à poursuivre la lutte armée.

11 mars 2004
Une série d’attentats à la bombe vise les gares de Madrid, faisant au moins 173 morts. Les autorités espagnoles accusent l’ETA, qui dément toute implication. Les attentats seront ensuite attribués à la mouvance Al-Qaeda

10 octobre 2004
Après l’arrestation du chef présumé du mouvement séparatiste, Mikel Albisu Iriarte, dit «Mikel Antza», et de 20 autres militants, le président du gouvernement José Luis Rodriguez Zapatero exhorte l’ETA à déposer les armes.

1er février 2005
Le parlement espagnol rejette l’appel du Premier ministre basque Juan José Ibarretxe à une indépendance presque totale du Pays basque.

6 mai 2005
Deux membres de l’ETA accusés d’avoir participé à la tentative d’attentat de Noël 2003 sont condamnés chacun à un total de 2.775 années d’emprisonnement.

17 mai 2005
Le parlement de Madrid autorise le gouvernement à ouvrir des négociations avec l’ETA si ce dernier dépose les armes.

20 mars 2006
L’ETA revendique la responsabilité de neuf attentats en Espagne en février et mars.

22 mars 2006
L’ETA annonce un cessez-le-feu permanent à partir du 24 mars.

 

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s

%d bloggers like this: